La ronde des funambules

cancer

La survivante

Malade pour de vraiEt guérie pour de vrai,Elle est passée des larmes aux rires,Et de la peur à la joie,En laissant dans la houleTous les condamnés pour de vrai,Ceux qui n’ont pas trouvéSur leur chemin La même clémence du destin,La même indulgence de la vie Malade pour de vraiEt guérie

Lire la suite ...
maladie

La camisole

Il était une fois une mamanSoucieuse du bonheurDe son enfant,Et qui voulait pour luiUne vie sans souffrances,Sans douleurs,Sans égratignures… Elle lui fabriquaUne vie bien lisse,Bien rangée,Bien tranquille,Sans surprises,Sans dangers,Immobile… L’enfant n’avait connuRien d’autre,Alors il s’en accommodait…Et il allait sa vie,Innocent voyageurQui ignorait qu’un jourLe train s’arrêterait, Ils découvrirent ensembleMais un

Lire la suite ...
poésie

Polissage

Certains galets,Au fond de l’eau,Préfèrent garderLa mémoireDe leurs aspéritésPlutôt que de voirCe que le temps a poliDe voyage en voyage,Et le vent adouciDe rivage en rivage Certains galets,Au fond de l’eau,Préfèrent se rappelerL’époque lointaineDe leur âge de pierre,Même si ce fut aussiCelui des peurs,Des souffrancesEt des larmes,Tapis sous les roseaux

Lire la suite ...
covid

Suspendus

Suspendus à un filQui ne tient plus à rien,Les héros sont tombés,Oubliés, décriés Suspendus à des lèvresQui murmurent la fin,L’écho de leur silenceFait plus de bruit encore Suspendus aujourd’huiQu’en sera-t-il demainCombien de temps durera l’agonieDe ceux que l’on oublie? Suspendus aux barreauxD’une prison sans issueDe secours, sans espoir de recours

Lire la suite ...
funambule

Le funambule (Maxence Fermine)

Le poète, le vrai poète, possède l’art du funambule. Ecrire, c’est avancer mot à mot sur un fil de beauté, le fil d’un poème, d’une oeuvre, d’une histoire couchée sur un papier de soie. Ecrire, c’est avancer pas à pas, page après page, sur le chemin du livre. Le plus

Lire la suite ...
poésie

L’identité

Chercher sa routeEntre médecine et écriture,Entre épreuve et résilience,Entre le dire et le silence,Ne plus savoir quelle route tracer… Et puis soudain,En remontant le fleuve… Humer cette odeur de pierre humide,Mêlée celle, plus âcre, de la terre,Gravir, en souriant, le côteau,Laisser le regard se perdre au loin,Au confluent de deux

Lire la suite ...