Suspendus

Lavau sur Loire poésie suspendus

Suspendus à un fil
Qui ne tient plus à rien,
Les héros sont tombés,
Oubliés, décriés

Suspendus à des lèvres
Qui murmurent la fin,
L’écho de leur silence
Fait plus de bruit encore

Suspendus aujourd’hui
Qu’en sera-t-il demain
Combien de temps durera l’agonie
De ceux que l’on oublie?

Suspendus aux barreaux
D’une prison sans issue
De secours, sans espoir de recours :
Le gardien a jeté la clef

Suspendus à nos mains,
Tous patients en puissance,
Leur tendrons-nous les bras?
Debout! Réveillons-nous !

Au fond de notre lit,
malades et implorants,
Serons-nous fiers,
Regardant en arrière,
D’avoir laissé faire?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *