Rechercher
  • annemarkyse

La fleuriste (extrait de La Chaussure)

Mis à jour : 13 mars 2019


"D’humeur constamment joyeuse, elle s’efforçait de transmettre à ses clients un peu de cette clarté lors de leurs passages dans sa boutique. Qu’ils viennent pour célébrer une fête, un anniversaire, une date importante, un mariage, une communion, ou même un enterrement, elle trouvait toujours les mots justes, les mots qui accompagnent, les mots qui encouragent, les mots qui portent. Tout le monde ressortait de sa boutique, certes avec un bouquet de fleurs à la main, mais toujours avec le sourire, et toujours avec le cœur un peu plus léger… Sans doute aurait-elle pu devenir psychologue. Mais elle avait trouvé que fleuriste, c’était plus poétique… Et puis chez elle, les gens ne venaient pas pour eux-mêmes –ou très rarement -, non, ils venaient d’abord pour les autres et ça c’était la meilleure des thérapies… Ils s’oubliaient un instant, le temps de penser aux autres, le temps de projeter leur souffle, leur amour, leur affection, leur souvenir sur leur amie, leur amant, leur mère, leur frère, leur voisine, leur cousin, …

Valérie ne supportait plus cette expression galvaudée à force de résonner dans toutes les bouches : « Prends soin de toi », « Prenez soin de vous ». Cette formule lui semblait d’un égoïsme sans nom ! Sous des allures compatissantes, elle renvoyait chacun à prendre soin de lui-même, comme si les autres n’avaient pas pu, au moins un peu, lui porter secours ou assistance. Dire à son ami « prends soin de toi », c’était un peu comme lui dire « débrouille-toi tout seul, moi j’ai fait ma part, à toi de faire ton bout de chemin, prends soin de toi, et surtout ne compte pas sur moi pour le faire ».

Alors oui, chaque être est sans nul doute responsable de sa propre trajectoire, ou du moins de ce qu’il choisit d’en faire, mais Valérie en était certaine, les yeux qui pétillaient dans sa boutique vibraient de cette joie puissante qui anime les cœurs quand l’amitié et l’amour se font dons et partages. Les fleurs qu’elle vendait allaient être offertes, c’était des bouquets de vie qui murmuraient déjà « je prends soin de toi », « je pense à toi ». Et ils apportaient du beau et du bon autant à celui qui offrait qu’à celui qui recevait !" Anne Markyse


(Photographie de Anne Markyse)

14 vues
  • Facebook

© 2023 by The Book Lover. Proudly created with Wix.com